On vit dans une société où il y a un manque de transparence sur les biens que nous achetons.  Si l’on cherche à s’intéresser d’un peu plus près aux conditions de fabrication, on peut se poser des questions du style : est-ce que mon vêtement n’a pas été fabriqué par un enfant ? La personne derrière mon t-shirt a-t-elle reçu un salaire suffisant ?  Comment savoir à quelles marques je peux faire confiance ?

Parce que oui, aujourd’hui il y a tellement d’acteurs dans les chaînes de production qu’il est très difficile de retracer tout le parcours entier d’un vêtement.

Dans cet article, je vais vous expliquer à quoi faut-il faire attention pour être sûre que le vêtement que vous achetez a été confectionné avec soin et attention.

Premièrement, il faut savoir que quand vous achetez un vêtement, il faut faire attention à deux choses :

  1. La provenance de la matière première en elle-même :

La question se pose davantage pour les matières naturelles que les matières synthétiques. Certaines matières naturelles, comme le coton poussent ont besoin d’un climat tropical pour pousser. Comme ces climats tropicaux se situent à l’autre bout du monde, vous n’avez aucun droit de regard sur les conditions dans lesquelles ces matières ont été récoltées. Je pense par exemple au coton. L’ONG mondiale « Human Rights Watch » rappelait encore dans dans son rapport de 2017 à mettre fin au travail forcé et au travail des enfants dans l’industrie du coton. Voir ici pour plus d’informations : https://www.hrw.org/report/2017/06/27/we-cant-refuse-pick-cotton/forced-and-child-labor-linked-world-bank-group

Une marque éthique qui se soucie du travail décent de tous les acteurs de sa chaîne de production fera attention à deux choses.

D’un côté, si elle choisit une matière qui vient de l’autre bout du monde ( comme le coton), elle choisira de passer par un label qui lui garantira que la récolte de la matière première a été effectuée dans des bonnes conditions. Pour le coton par exemple, il existe le label GOTS, qui permet de certifier non seulement que le coton est du coton biologique, mais également qu’il est issu du commerce équitable ( c’est-à-dire que les personnes qui l’ont récolté ont reçu un salaire adéquat).

D’autres marques éthiques vont privilégier de confectionner leurs vêtements avec des matières premières locales, je pense notamment au lin ou au chanvre,

  • La confection du vêtement :

Pour une marque éthique, l’objectif est d’assurer une production en circuit court, c’est-à-dire ne pas avoir un trop gros nombres d’intermédiaires dans la chaîne de production, ce qui permet d’éviter les abus en matière de non-respect des droits des travailleurs. Il existe trois possibilités pour la marque :

  1. Made in local ( Belgique, France, …)

Une production locale permet la valorisation d’un savoir-faire :

Option 1 :

Soit, c’est le créateur de la marque qui confectionne lui-même ses pièces de vêtements dans ses propres ateliers dans son pays d’origine. Il choisit alors de vendre ses créations lui-même. Dans ce cas, il sera très facile pour le consommateur de retracer l’origine de ses pièces vestimentaires car il pourra rentrer directement en contact avec le  créateur et lui poser les questions nécessaires. Les créateurs locaux sont souvent des personnes passionnées et acheter leurs créations permet de valoriser un savoi-faire locale et les aider à vivre de leur passion.

Option 2 :

Faire appel à des ateliers de réinsertion : la marque s’inscrit alors dans une économie sociale et solidaire, cherchant à faire vivre des acteurs de sa région

  • Made in Europe :

La marque a choisi de sous-traiter en Europe. La plupart des marques choisissent le Portugal ou les Pays de l’est comme la Bulgarie, Pologne…

La plupart du temps, il s’agit d’un bon compromis entre le prix de la main d’œuvre qui reste moins cher que si la confection avait été faite dans le centre de l’Europe et la possibilité de se rendre facilement sur place dans les ateliers afin d’effectuer les contrôles des conditions de travail. 

  • Sous-traitance responsable dans un pays en voie de développement :

Dans ce cas-ci, la marque a choisi de sous-traiter dans un pays en voie de développement (Inde, Chine, Bangladesh, ..) mais le fait de manière responsable, c’est-à-dire s’assure que les droits des travailleurs soient respectés tout au long de la chaîne de production. Il se peut qu’elle ait choisi cette option pour différentes  raisons :

  • La marque souhaite promouvoir un savoir-faire d’un pays en particulier : La Chine est par exemple connue pour ses qualités concernant l’élevage des vers à soie. La marque Soi-Paris a par exemple choisi de sous-traiter en Chine car elle souhaitait faire appel
  • La marque souhaite centraliser l’entièreté de sa production au même endroit par facilité : Elle pourrait choisir de confectionner ses vêtements dans un atelier au Bangladesh, juste à côté des champs de coton.
  • La marque a choisi de soutenir un projet à finalité social : la jolie marque People Tree plusieurs pays en voie de développement et a créé sa propre fondation qui soutient différents projets à finalité sociale comme l’émancipation des femmes,…