Quels labels prendre en compte pour choisir ses vêtements ?

Salut à toi ! As-tu déjà entendu parler de labels en matière vestimentaire ? Sais-tu à quoi ils servent et en quoi ils peuvent t’être utiles ? Je t’explique tout dans cet article.

Un label, c’est quoi ?

Un label est un signe distinctif décerné par une organisation sur base d’un cahier de charge préétabli avec un contrôle strict qui se fait sous forme d’audits. En gros pour faire simple, ce petit signe apposé sur ton étiquette va te donner la garantie, celle que le produit que tu es sur le point d’acheter est conforme aux pratiques que l’organisation défend et aux engagements mentionnés dans le cahier des charges.

Panoplie de labels

 

Il existe aujourd’hui une panoplie importante de labels dans le milieu du textile. J’ai répertorié les labels qui sont le plus utilisés actuellement sur le marché en précisant à chaque fois quelques caractéristiques essentielles. Pour le reste, il faut surtout faire attention à deux types de situations :

  • Certaines marques choisissent de créer leur propre label afin de pouvoir assurer elles-mêmes le contrôle et les audits nécessaires. En tant que consommateur, il faut alors être vigilent aux informations communiquées par la marque : le contrôle va-t-il plus loin que celui proposé par les labels traditionnels ? Les audits sont-ils réguliers ?
  • D’autres marques éthiques sont débutantes et n’ont pas les moyens dans un premier temps de recourir à des labels. Le mieux est alors de prendre contact directement avec le créateur de la marque afin de poser les questions nécessaires ou voir

 

Quels sont les labels dont je vais te parler ?

  • Le label GOTS[1]

 

 

Le label GOTS ( Global Organic Textile Standard) est devenu aujourd’hui le label de référence en matière de mode éthique car il couvre l’entièreté des étapes de productions de la chaîne : de la récolte des matières premières en passant par la fabrication responsable jusqu’à l’étiquetage. Il prend à la fois en compte une série d’exigences sur les minima sociaux, mais également des critères environnementaux ainsi que l’aspect sanitaire. Seuls les produits finis contenant un minimum de 70%  de fibres biologiques peuvent être certifiés GOTS.

 

En générale, le label GOTS certifie les produits textiles qui contiennent des fibres naturelles ( comme le coton bio), mais dans certains cas le label GOTS certifie des produits textiles à base de matières synthétiques, notamment pour des chaussettes ou vêtements de sport.

Le label GOTS définit des critères environnementaux stricts à respecter :

 

  • Les métaux lourds, perturbateurs endocriniens, OGM, susbtances cancérigènes sont interdits. S’il est vraiment inévitable d’utiliser des colorants et produits chimiques de transformation, ils doivent subir une évaluation strict et un certain nombre d’exigences fondamentales sur la toxicité et biodégradivilité doivent être respectés ;
  • Une limitation rigoureuse concernant les résidus indésirables ;
  • L’interdiction du nickel, chrome ou PVC ;
  • L’utilisation de solvants aromatiques et méthodes d’impression plastisol utilisant des phtalates et PVC sont interdites pour les méthodes d’impression ;
  • Des emballages doivent être recyclables;
  • Un assainissement des eaux usées dans les stations d’épuration.

Le label GOTS définit également une série d’exigences sur les minima sociaux :

Une série de critères sociaux s’inspirant des normes établies par l’Organisation internationale du Travail (OIT) doivent être respectés à toutes les étapes de la chaîne de production comme par exemple :

  • Une rémunération correcte et des horaires de travail décent ;
  • Une interdiction du travail des enfants, du travail forcé et de toute forme de traitement inhumain ou de discrimination ;
  • Une liberté syndicale et une possibilité de recourir à une négociation collective ;
  • Une amélioration des conditions de travail passant par des conditions d’hygiène correctes et des conditions de sécurité.

 

  • Le label OEKO-TEX[2]

 

 

L’association allemande Oeko-Tex qui regroupe dix-huit instituts de recherche indépendants, a mis en place plusieurs labellisations aux cahiers des charges très strict à destination des fabricants soucieux de maitriser toute leur chaîne de production.

 

Le label Standard 100 by Oeko-Tex[3]

Le premier label mis en place par cette association et le plus connu est le label Standard 100 by Oeko-Tex lancé en 1992.

 

Ce label contrôle la présence ou non de substances nocives dans tous les éléments qui constituent un vêtement incluant les matières premières mais également les produits intermédiaires.

Il y a des étapes de vérification strictes : après analyse du dossier techniques, des tests sont effectués en laboratoire sur des échantillons de chaque élément de vêtement. L’entreprise qui répond positivement aux tests devra accepter un audit sur son site ( renouvelable tous les trois ans ). Des contrôles de produits directement prélevés dans le commerce sont également effectués de façon aléatoire permettant de s’assurer de la conformité avec le cahier des charges.

A la différence du label GOTS qui certifie plus de matières naturelles, le label OEKO-TEX certifie tant des matières premières naturelles que des matières synthétiques mais uniquement sur le plan de la toxicité.

 

Ce label est très intéressant particulièrement pour les marques de vêtements pour enfants dont la peau est plus sensible et fragile. Cependant , il ne prend en compte que l’aspect toxicité du vêtement et ne concerne pas l’aspect environnemental et les minimas sociaux.

 

Le label Step by Oeko-Tex

 

Ce label va plus loin que le premier car il indique que la production se fait d’une manière socialement responsable et que la législation environnementale locale est suivie.

 

Au niveau du respect des minimas sociaux :

  • Respect des normes imposées par l’OIT concernant les salaires décents, interdiction de toute forme de discrimination, droit aux négociations,..

Au niveau de l’aspect environnemental :

  • Interdiction des substances chimiques nocives pour l’environnement, notamment les métaux lourds
  • Utilisation de pesticides pour le transport et le stockage est interdite
  • Eaux polluées acheminées vers une station d’épuration

 

Le label Oeko-TEX Made in Green[4]

Ce label est le plus complet car il s’agit d’une combinaison du label Standard 100 by Oeko-tex et du label Step by Oeko-tex. Il prend donc en considération tant l’aspect environnental, social dans la chaine de production et garantit que les produits certifiés sont fabriqués sans substances dangereuses.

La transparence est assurée grâce au label Made in Green car le consommateur peut retracer le processus de fabrication de chaque article labellisé. Il y a sur chaque article un QR code qui indique dans quelle usine le textile a été produit, quelles étapes de la production les usines impliquées ont pris en charge et dans quel pays la fabrication a eu lieu.

 

  • La Fair wear Foundation

 

 

La Fair Wear Foundation n’est pas un label mais bien une organisation international à but non lucratif qui a pour but de contrôler et d’améliorer les conditions de travail dans l’industrie du textile.

Cette fondation indépendante a mis en place un Code des Conditions de Travail ( Code of Labour Practices) tenant compte des 8 pratiques standard appuyées et inspirées par les conventions de l’OIT et de la déclaration universelle des droits de l’homme, à savoir :

  • Aucun travail forcé ni exploitation d’enfants ;
  • Liberté de s’associer et des négociations collectives ;
  • Un temps de travail raisonnable  et un salaire correspondant à un minimum vital ;
  • Conditions de travail décentes (hygiène, santé, sécurité, …) ;
  • Relation de travail formellement établie.

 

La FWF s’engage à vérifier l’application de ces principes dans les usines et travaille pour ça en partenariat avec des syndicats locaux et des ONG locales. Ce système va plus loin qu’un simple audit commerciale puisque les vérifications se font une première fois en internet par les syndicats locaux et en externe par les ONG locales qui organisent des entretiens avec des salariés hors du lieu de travail et enfin par un spécialiste désigné par la Fair Wear.

La FWF est très transparente puisque tous les rapports annuels de ses entreprises membres sont disponibles librement sur son site.

Il existe d’autres labels moins utilisés mais tout aussi utiles comme

  • World Fair Trade Organization :
  • Fairtrade Max Havelaar :

 

Voilà, cet article est peut-être un peu plus long mais je trouvais ça super utile de vous en parler:)

Ä très bientôt,

Launy

Photo de couverture avec les vêtements de chez Weco Store réalisée par Maxime Dubus

[1] Informations tirées du site www.bebeseo.fr

[2] Informations tirées du site www.consoglobe.com

[4] Informations tirées du site lingedesfamilles.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *