Deja Vu, la boutique de vêtements de seconde main super stylée

Viens vite découvrir un de mes magasins de seconde main coup de cœur !!! Je te parle ici de la jolie boutique bruxelloise « Déjà Vù » dont les vêtements ont été triés, choisis avec soin et ont tous pour particularité d’être à la fois comme neufs et stylés !!!

Il existe une multitude de raisons de pousser la porte d’une boutique de seconde main. Bien évidemment le critère financier : Les boutiques de seconde main permettent aux personnes dont les moyens sont plus limités de se faire plaisir en s’offrant des habits de marques à des prix raisonnables. Mais s’il était possible de coupler ça en luttant contre le gaspillage et la surconsommation ?

Dans cet article, je vous parle de « Déjà Vù », cette jolie boutique de vêtements de seconde main tenue par Cécile Gérooms, passionnée de mode et remplie d’authenticité et avec qui j’ai eu l’occasion de m’entretenir🙂

Le second main à la côté :

J’ai pu déjà te parler quelques fois de mon intérêt pour les boutiques de seconde main que j’affectionne depuis deux ans, j’avais d’ailleurs il y a un an partagé quelques bonnes adresses dans cet article-ci. Souvent, beaucoup de personnes me disent qu’elles souhaiteraient s’habiller en seconde main qu’elles sont réticentes parce qu’elles pensent ne trouver que des vêtements moches et puants. Et si je te disais que tout dépendait de ton carnet d’adresse 😉

Alors oui, cette mauvaise blague de rentrer dans un magasin de seconde main en pensant « faire une bonne action », y sentir une odeur bizarre et n’y trouver que des vêtements qui ne sont pas à ta taille, ça m’est également déjà arrivé !

C’est pourquoi, je suis devenue super rigoureuse dans le choix des boutiques de seconde main : elles doivent avoir une certaine éthique oui, mais également du goût !

 

 

 

Ici, je te présente Déjà Vù, une véritable pépite d’or : une boutique à la fois jolie, avec un choix minutieux et beaucoup de goût , bref une de mes boutiques chouchoutes de Bruxelles, je vais t’expliquer les différentes raisons :

Le goût de la fondatrice Cécile Geeroms

Si la boutique présente un concept tout à fait innovant, c’est surtout grâce à sa fondatrice Cécile Geeroms, une personne à la fois humaine, authentique et surtout une véritable passionnée de mode avec un goût d’enfer!!

Après avoir fait des études de stylisme, elle a pu travailler chez Cora Kemperman durant 8 ans, une jolie de boutique de fringues de qualité qui a malheureusement fermé ses portes par la suite. Mais cette expérience chez Cora Kemperman fut super bénéfique pour Cécile qui souhaitait vraiment continuer à travailler dans l’univers des vêtements. Et comme elle avait toujours eu cette « germe entrepreneuriale », il était peut-être temps de l’exploiter ! C’est alors que lui venue l’idée génialissime de contacter les anciennes clientes de Cora Kemperman et d’organiser des ventes privées chez elle. Petit à petit, la communauté s’est agrandie et les ventes éphémères ont laissé place à une véritable boutique physique avec un élargissement des vêtements proposés comprenant d’ailleurs plusieurs créateurs belges.

Ce que j’adore chez Cécile est surtout son authenticité, le fait qu’elle nous mette directement à l’aise, ce qui nous donne de rester là pendant des heures. On sent que son objectif est vraiment de pouvoir aider au mieux ses clients en établissant avec eux une relation de confiance, ce qui donne envie d’y retourner régulièrement.

 

“J’accorde une grande importance au service à donner à ma clientèle. J’aimerais que chaque personne que je rencontre se sente accueillie, qu’elle puisse me faire confiance, un peu comme deux ami(e)s qui font leur shopping ensemble et se conseillent” Cécile Gérooms.

 

Changer l’image négative des vêtements de seconde main :

La mission de Cécile n’est pas juste de vendre des vêtements de seconde main, mais plutôt d’apporter une nouvelle vision : celle de prouver qu’il est possible de vendre des vêtements de seconde main sympas, intemporels, de qualité et en bon état. D’ailleurs, il arrive fréquemment que des personnes rentrent dans la boutique « Déjà Vù » sans savoir qu’elles ont devant elles des vêtements de seconde main.

Ce qui compte pour Cécile, c’est surtout de pouvoir proposer des vêtements de qualité car les gens ont perdu la notion de ce que signifie « s’habiller avec de la qualité ». Nous avons tous l’habitude d’avoir tout servi sur un plateau d’argent oubliant ainsi la valeur d’un objet et la valeur du travail qui se cache derrière. Mais un point auquel Cécile accorde beaucoup d’attention est l’intérieur de sa boutique : Dans l’idée de changer les regards sur la seconde main, la présentation des articles et de l’espace de vente se veut tout aussi soignée, cohérente et originale que dans les boutiques classiques dans le but d’offrir une expérience des plus agréables à la clientèle.

Un tri sélectif effectué au préalable

Un autre point qu’il me semble super intéressant d’aborder est le fait qu’il y a chez Déjà Vù un tri très sélectif effectué au préalable. L’objectif ? Eviter aux clientes de passer trop de temps à chercher parmi les multitudes de pièces. Le tri se passe sous la forme d’un système de dépôt-vente. Le tri sélectif se justifie aussi en raison du fait que les pièces acceptées chez Déjà Vu sont des pièces de marques ( comme Baesh, …) qui doivent être dans un état impeccable ( pas de tâches, trous ou bouloches) et de saison. Les vêtements de Fast-Fashion comme H&M, Zara, Primark, vêtements de luxe, fourrure, lingerie, vêtements de sport et de nuit ne sont pas acceptés.

Les profils de personnes venant en magasin sont dès lors très variés : Il y a les personnes souhaitant faire des efforts pour évoluer vers un mode de vie plus durable, mais également des personnes moins sensibilisées mais souhaitant trouvant des vêtements de leurs marques favorites à des prix réduits.

La valeur sentimentale de nos vêtements :

Je me suis déjà posée plusieurs fois la question sur la valeur sentimentale que nous attachons à nos vêtements, qui justifie parfois le fait qu’il est difficile de s’en détacher lorsque l’on effectue le tri de notre garde-robe par exemple. Pour Cécile, c’est quelque chose qu’elle a également constaté avec les déposants, à quel point il peut être difficile pour certaines femmes de se séparer de pièces auxquelles elles sont attachés, avec lesquelles elles ont certains souvenirs.

Et puis, il y a également toute la question d’identification à la marque que je trouve super intéressante aussi ! Bref, deux autres questions à creuser pour un prochain article. En attendant, n’hésitez pas à aller faire un coup d’œil dans cette jolie boutique.

 

N’hésitez-pas à faire un tour si vous passez par là:)

Pour ceux que ça intéresse, je mets en place une newsletter, inscrivez-vous ici si vous souhaitez recevoir plein de bonnes informations!!

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *